Lettre du proviseur Jean Fabre (à propos de son lycée)

(1973)

                CE TEXTE EST DE MR JEAN FABRE , DERNIER PROVISEUR DU LYCEE MIGNET .

Pour les enseignants et les adultes qui y viennent chaque jour , c'est le lieu des tâches quotidiennes , obscures et discrètes pour certains , exaltantes pour d'autres , par le contact des jeunes , parfois pénibles pour ceux qui n'en ont pas fait , de quelque fâçon , le cadre d'un certain apostolat .
Pour les jeunes , c'est le lieu des retrouvailles après de longues vacances , la camaraderie , l'amitié , l'apprentissage de la vie en société , avec ses enthousiasmes tôt éteints , et ses déceptions vite oubliées , le tout au milieu d'un rituel scolaire d'emploi du temps et de discipline qui paraît important à l'enfant au moment où il le vit , et qui s'estompe avec les années pour ne laisser qu'une certaine fâçon d'être , de penser , et d'agir .....
Si les jeunes qui nous quittent , comme le papillon son cocon , ardents du désir de vivre à leur tour , dans l'ivresse de leur premier essor , n'ont guère d'égards et de pensées pour ces vieux bâtiments , où pourtant s'est mûrie leur personnalité , et s'est trempée leur force , l'ingratitude est leur lot , et c'est bien ainsi .
Pour l'administration supérieure , le Lycée Mignet est un établissement parmi d'autres , N° 13001 F , qui necessite réparations et qui doit subir certaines mutations importantes .
Pour les urbanistes , c'est dans le Vieil Aix , de toutes les propriétés communales , celle qui présente le plus d'intérêt à cause de sa surface ( 18.000 m² ) suivie par les Thermes ( 13.000 m² ) . C'est aussi celle qui , en 1960 , était estimée au plus haut prix , 12 millions 4 , suivie par Saint Jean de Malte 5 millions 150 .
En 1960 , m'a été confiée la destinée de ce vieil établissement avec ses vieux murs habitués au labeur , à la méditation et à la prière . En effet , deux établissements de religieuses sont à l'origine de l'actuel Lycée : l'un , le couvent des Bénédictines , construit entre 1681 et 1685 , se retrouve encore dans l'escalier monumental en pierre , le réfectoire , la lingerie , le laboratoire de langues vivantes et la cour d'Honneur . Sous la Terreur et le Directoire , il servit de prison , puis devint en 1806 une filature de coton . En 1862 , les Visitandines en firent un Pensionnat de jeunes filles . En 1872 , la Ville d'Aix l'acheta pour agrandir son Collège Bourbon .
L'autre établissement religieux fut créé en 1666 , par le Conseiller au Parlement d'Aix , d'André . Ce couvent des Ursulines , prison pendant la Révolution , école centrale du département de 1798 à 1802 , devint en 1804 école secondaire communale , collège impérial en 1810 , puis Collège Bourbon . Il a pour vestige le plus célèbre l'actuelle chapelle du Lycée , dont certains éléments sont classés par les Monuments Historiques .
En 1878 , ces deux établissements religieux furent fondus en un seul le Lycée Mignet . Les travaux , rue Cardinale , rendirent solidaires ces deux éléments , en coupant l'actuelle rue Cabassol qui débouchait , porte d'Orbitelle , dans la campagne , et les rues Roux Alphéran , rue Sallier .
En 1939 , la notice du Lycée commençait par ces mots :
" Le Lycée Mignet , construit en bordure de la Ville , occupe une situation excellente pour la santé des élèves . "
Depuis Monsieur Fretillet , proviseur de 1884 à 1886 , jusqu'en 1960 , dix-sept chefs d'établissement se sont succédé soit , en moyenne , quatre ans pour chacun . Les trois plus longs séjours , dans le passé , ont été ceux de Messieurs Carette , 1900-1909 , Aussenac 1933-1942 , et Vardeme 1948-1957 .
( Note de J.Marasse : rappelons que Mr Fabre battra tous ces records puisqu'il " officiera " de 1960 à 1976 - fin du Lycée Mignet - soit 16 années )
On venait de fort loin au Lycée Mignet , et l'on commençait tôt . En 1884 , sur les 322 élèves , 138 étaient internes , en 1900 sur les 307 , 119 . En 1930 , l'effectif atteignait 558 élèves , dont 172 internes : le Lycée était ouvert aux enfants de 5 ans , en classe enfantine , la 12° . Or , les générations de jeunes se faisaient plus denses , et il fallait toujours plus de place : en 1947 , on construisit des classes provisoires qui sont encore utilisées , en 1953 un nouveau bloc scientifique . On se mit à récupérer toutes les surfaces utilisables ... Mais en même temps , l'existence des classes primaires dans les lycées était sévèrement critiquée : en 1956 , la classe dite " enfantine " disparaît et chaque année une autre .En 1960 , sur 1207 élèves , 342 étaient internes . Dès lors , l'ouverture de C.E.S. et de Lycées dans les Bouches-du-Rhône , la réforme de la carte scolaire par création d'un C.E.S. Mignet dans les murs du Lycée , avec Type II et Type III , portèrent un coup décisif à l'internat qui déclina très vite jusqu'à 50 internes en 1973-1974 . Corrélativement les locaux libérés devinrent des classes et l'accroissement des élèves scolarisés reprit dans un établissement qui paraissait saturé : 1207 ; 1503 ; 1617 ; 1680 ... La limitation du nombre d'élèves par classe a depuis fait retomber les effectifs : depuis 6 ans , ils oscillent entre 1500 et 1600 chaque année . En 1962 , les deux terminales C avaient 48 et 49 élèves ; elles en ont cette année 19 et 19 .
En même temps que se poursuivait cette évolution des effectifs , la situation du Lycée continuait à se modifier . En 1963 , s'ouvrait la première classe préparatoire aux Grandes Ecoles , une Mathématiques Supérieures suivie dès 1964 d'une Lettres Supérieures . Déjà l'on savait aussi que tout le premier cycle allait un jour se séparer du second cycle , et que Mignet suivrait le sort du Lycée Cézanne en 1961 . Ce temps approche maintenant .
Ce sera , certes , encore quelque chose du passé qui disparaîtra , mais ces mutations montrent que l'Education Nationale peut , et sait , se transformer . Les travaux , financièrement importants , renforcent les planchers , les escaliers , des classes s'ouvrent , un gymnase de 800m² de surface sportive apparaît , des aires sportives sont aménagées , un laboratoire de langues vivantes de 18 cabines ne désemplit pas , quelques deux cents bacheliers sortent chaque année , formés par les soins d'une centaine d'enseignants ... Mignet se transforme .
Et pour vous , les Anciens de Mignet , le Lycée ! ce sont les souvenirs des jeunes années , auréolés de la valeur des amitiés conservées , ce sont de vieux couloirs , des recoins sombres dont la lèpre oubliée a pris le charme de la pénombre des vieux châteaux pour vos complots enfantins ou vos cigarettes interdites , mais c'est aussi , sous le soleil couchant , ces belles façades en pierre de Rognes , qui semblent le soir , revivre , et se parer de rose , comme si elles avaient une âme , et que vous leur ayez donner un peu de votre vie ..... Mais celà , c'est à vous qu'il appartient de le dire . Si vous vous taisiez , ces pierres ne seraient plus rien , que des pierres .....

 

 Signé : Jean FABRE , Proviseur .